Ce que l’extraction du coltan en RDC coûte aux populations et à l’environnement

La République démocratique du Congo (RDC) est riche en ressources naturelles – ses gisements inexploités de minéraux sont estimés à une valeur 24 billions de dollars. L’or, les diamants, le cobalt et le zinc en font partie.

Un autre minéral stratégique exploité en RDC est le coltan – un nom dérivé de « columbite-tantalite ». En 2021, la production de coltan de la RDC s’élevait à environ 700 tonnesfaisant de ce pays d’Afrique centrale le plus grand producteur de coltan au monde et de loin.

Le coltan est indispensable à la fabrication de tous les appareils technologiques modernes. Le minéral est raffiné en poudre de tantale, qui est utilisée pour fabriquer des condensateurs résistants à la chaleur dans les ordinateurs portables, les téléphones portables et d’autres appareils électroniques haut de gamme.

Le marché mondial du coltan était estimé à 1 504,81 millions de dollars US en 2019. Il devrait atteindre 1 933,92 millions de dollars US d’ici la fin de 2026, avec une croissance de 5,58 % par an entre 2021 et 2026.

Mais des militants, des journalistes et des universitaires ont trouvé une relation entre l’exploitation du coltan et la dégradation de l’environnement à grande échelle, les violations des droits de l’homme, la violence et la mort.

Cela se traduit par la violation des lois environnementales, le travail des enfants sur les sites miniers et la complicité des sociétés minières dans les abus des populations à risque.

dans mon nouvelle étude, j’ai posé deux questions de recherche : quels dommages l’exploitation et le commerce du coltan causent-ils à l’environnement et aux populations locales dans le nord-est de la RDC ? Et que peuvent faire le gouvernement et le secteur privé de la RDC pour garantir un approvisionnement responsable en coltan ?

L’exploitation du coltan détruit les écosystèmes et affecte les habitats fauniques. Les animaux sont déplacés de leur habitat naturel, les laissant vulnérables aux braconniers. Les produits chimiques utilisés pour laver le coltan polluent les plans d’eau et sont nocifs pour les personnes et les animaux.

Mon étude sensibilise aux implications de cette exploitation minière illicite et suggère des interventions multipartites pour mettre fin à la criminalité environnementale.

criminalité environnementale

Les informations pour mon analyse proviennent d’une enquête qualitative sur le terrain, de la législation et des rapports de l’ONU sur les conflits extractifs en RDC.

Les données proviennent également d’entretiens avec des responsables du Centre de certification, d’expertise et d’évaluation, du ministère des Mines, de coalitions de la société civile, de l’Agence congolaise de l’environnement et d’organisations non gouvernementales du Nord et du Sud-Kivu.

Mon étude conçoit la criminalité environnementale comme des activités qui enfreignent la législation environnementale et causent des dommages ou des risques importants à l’environnement, à la santé humaine ou aux deux.

Le coltan est extrait selon un processus assez primitif. Les mineurs travaillent ensemble pour creuser de grands cratères dans les lits des cours d’eau, raclant le sol de la surface pour atteindre le coltan sous terre.

L’exploitation aveugle du coltan affecte considérablement la biodiversité environnementale et perturbe les écosystèmes autour des sites miniers.

Selon les données disponibles sur le Veille forestière mondiale plate-forme gérée par le World Resources Institute, la RDC a perdu 8,6% de son couvert arboré depuis 2000. L’un des causes majeures de la déforestation en RDC est l’exploitation minière.

Les observateurs à qui j’ai parlé ont noté que les évaluations d’impact environnemental sont rarement réalisées avant l’extraction du coltan. Les mineurs artisanaux et les entreprises étrangères violent même des sites du patrimoine historique tels que Parc national de Kahuzi Biega.

Le premier impact de l’extraction du coltan est lorsque les mineurs enlèvent la végétation et la couche arable. Cela augmente le taux d’érosion.

La plupart des mineurs artisanaux de coltan travaillent sur des sites non contrôlés par l’État. Ils prennent autant de coltan qu’ils le peuvent sans aucune réglementation. Par exemple, alors que le ministère des Mines recommande que les mineurs ne doivent pas creuser plus profondément que 30 mètres sous la surface, ils creusent parfois jusqu’à 200 mètres.

Les militants écologistes de Bukavu confirment que l’exploitation du coltan a entraîné la perte d’arbres. Cela est connu de détruire les écosystèmes, diminuent le stock de carbone, perturbent le processus de photosynthèse et affectent la qualité de l’air. Il affecte également les habitats fauniques.

Par exemple, les provinces du Nord et du Sud Kivu contiennent la majeure partie du coltan de la RDC. Le parc national de Kahuzi Biega, l’un des derniers sanctuaires pour le gorille des plaines orientales en danger critique d’extinction, s’étend sur les deux provinces. L’extraction du coltan a détruit une grande partie de l’habitat naturel des gorilles, les laissant vulnérables aux braconniers. La population de gorilles des plaines orientales dans le parc a chuté de 8 000 en 1991, lorsque l’extraction du coltan y a commencé, à environ 40 en 2005. La population actuelle est maintenant estimé à 250.

Le processus de séparation, de tamisage et de tri des minéraux est effectué manuellement par lavage dans les ruisseaux et les rivières. Les produits chimiques utilisés polluent les plans d’eau et sont nocifs pour les créatures aquatiques. Les produits chimiques sont également connus pour produire des substances radioactives qui sont préjudiciable à la santé humaine.

dommages humains

Les activités des mineurs de coltan et des entreprises associées sont des communautés d’exploitation et d’appauvrissement. Les observateurs notent que les entreprises minières de coltan compensent rarement communautés affectées en mettant en œuvre des programmes de développement, ce qui est une exigence statutaire en termes de lois minières.

A Mwenga à Shabunda, 50 mineurs artisanaux sont morts en septembre 2020 à la suite d’activités liées à l’extraction du coltan.

Les trous creusés par les mineurs artisanaux sont rarement recouverts après la cessation des activités minières. et glissements de terrain ont piégé des mineurs sous terre.

Les conflits entre les membres d’une coopérative de mineurs artisanaux appelée Cooperamma et la société minière de coltan SMB ont conduit à La violence qui a coûté la vie sur le site minier de Rubaya au Nord-Kivu.

le travail des enfants

La RDC code minier a été réformée en 2017 pour pénaliser le recours au travail des enfants ou la vente de minerai extrait par des enfants. Pourtant, une grande partie du coltan du pays est extraite grâce au travail de plus de 40 000 enfants mineurs. Ils travaillent dans des conditions dangereuses comme laveurs et creuseurs.

En faisant le travail des adultes dans un environnement dangereux, les enfants mineurs sont confrontés les risques de mauvaise santé, de harcèlement et d’abus. Ils peuvent soit abandonner l’école, soit ne jamais avoir l’occasion d’y aller.

La quantité de coltan extraite par le travail des enfants reste non comptabilisée, non certifiée et introuvable. Il est commercialisé dans l’économie souterraine et acheminé vers la chaîne d’approvisionnement mondiale du coltan par le biais de la contrebande, de la contrefaçon et de la collusion.

recommandations

L’approche de la réforme extractive en RDC est actuellement inadéquate pour faire face aux dommages humains et environnementaux associés à l’extraction du coltan.

Mon étude apporte des précisions recommandations pour relever les défis identifiés.

Le gouvernement doit réformer l’Agence congolaise de l’environnement pour faire appliquer les évaluations d’impact environnemental et la mise en œuvre des plans de gestion environnementale.

Les organisations de la société civile devraient former et équiper des groupes d’observation au niveau local pour surveiller et rendre compte des sites d’extraction de coltan. Cela fournira un contre-rapport à comparer avec les audits effectués par les agents de l’État.

en ligne avec meilleures pratiques mondiales il est conseillé aux entreprises en amont qui extraient et raffinent le coltan d’atténuer les risques environnementaux associés à leurs opérations.

  • la rapport complet a été publié pour la première fois par le projet ENACT, un partenariat entre l’Institute for Security Studies, Interpol et l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale, financé par l’UE.

Leave a Reply

Your email address will not be published.